Dark Paradise


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Devant la porte [02/07/2008]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Couteau
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 25/06/2008

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine:
Informations:

MessageSujet: Devant la porte [02/07/2008]   Mer 2 Juil - 20:15


Tandis qu'ils reprenaient connaissance, leur vision se précisa lentement...
La première chose que sentie Le Couteau fut le froid.
La différence de température avait en effet été brusque, et il était habitué à des climats plus cléments.
Puis l'étreinte glacée du vent, soufflant par rafales, le réveilla complètement. Il se mit debout prestement, habitué à ce genre de "voyage".
Une grosse goutte de pluie s'écrasa sur son visage.
Pas de chance, pensa t-il.
Il contempla le paysage devant lui. Il était sur une hauteur, et devant lui se trouvait un cimetière. A sa gauche s'étalait une forêt aux arbres sombres, et à sa droite on pouvait voir la plaine s'étendre jusqu'à la plage.
Le Couteau se retourna. Ils se trouvaient dos à une maison. Une curieuse lumière sortait des fenêtres, inquiétante.
C'est alors qu'il songea qu'il n'était pas seul.

Sumiko était toujours étendue sur l'herbe, à coté du chemin boueux.
Avait-elle repris connaissance ? Il n'avait jamais entendu parler d'accidents dans ce genre de manoeuvre. Mais elle semblait si fragile, sait-on jamais ?

Si elle mourrait, sa mission en serait plus ardue. Elle devait donc survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sumiko Harashi
User/Modo/admin, la ligne est floue !
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Age : 27
Date d'inscription : 21/04/2007

Personnage
Race: humaine
Monde d'Origine: Sanshi/Fonuu
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Jeu 3 Juil - 18:35

Par chance pour Le Couteau, la gamine n'était pas morte, du moins, pas définitivement. Etait-ce le fait d'une seconde mort très proche de la première qui la maintint aussi longtemps les yeux clos ? Nul ne le sait, et ne le saura sans doute jamais.
Allongée dans l'herbe, achevant définitivement son kimono, elle n'avait pas la moindre idée d'où elle se trouvait. La seule chose qu'elle pouvait voir, c'était les gouttes glacées qui tombaient du ciel menaçant. Alors une figure apparut dans son champ de vision. Il la fixa. L'homme lui parut étrangement familier, et elle mit un certain temps à se rappeler qu'il s'agissait de Le Couteau.
elle s'assit, contemplant le paysage. Non... Elle garda les yeux fixés sur le cimetière avec une expression d'incroyable horreur. Elle était revenue à son point de départ ! Non... Non ! Ce n'était pas ici qu'elle aurait du aller... ils devaient aller là où était Karn ! Et il n'était certainement pas ici... Donc elle rêvait ? Mais oui, cette potion que Le Couteau lui avait donnée... Elle s'était aussitôt effondrée après l'avoir bue... Donc elle rêvait. Mais pourquoi de cet endroit, et pas de son pays ?

" Que... ? "

Elle finit par se relever prestement, réalisant qu'elle était restée ébahie trop longtemps, et qu'il devait l'attendre... Que ce soit un rêve ou non, il n'y avait aucune raison pour qu'elle ne se comporte pas comme d'habitude... Dans un geste mécanique, elle épousseta le lambeau de tissu qui lui recouvrait le corps, et attendit les ordres de son nouveau maître.


Dernière édition par Sumiko Harashi le Ven 11 Juil - 0:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Couteau
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 25/06/2008

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine:
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Jeu 3 Juil - 19:32

Bon, elle était toujours vivante. Il scruta le paysage. Où pouvait donc bien se trouver Karn ? Et accessoirement Oscuriel ? Il devait faire vite.
Il se tourna vers Sumiko.

- As-tu une idée de la destination prise par Karn à son arrivée ici ?


Soudain il fixa son regard sur la forêt. Quelque chose d'étrange s'y tramait, et il le sentait. Mais ils n'étaient pas là pour ça. Pas encore tout du moins...
Il porta à nouveau son regard sur la fillette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sumiko Harashi
User/Modo/admin, la ligne est floue !
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Age : 27
Date d'inscription : 21/04/2007

Personnage
Race: humaine
Monde d'Origine: Sanshi/Fonuu
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Jeu 3 Juil - 19:42

La gamine secoua prestement la tête en signe de négation. Non, non, aucune idée...

" Nous le trouverons vite, s'il est ici, l'ile n'est pas grande. Quand je suis arrivée la première fois, je n'en ai vu que le cimetière, la plaine et le village. Un autre groupe est allé à la maison. "

Conclu-t-elle en remarquant qu'ils étaient juste devant la demeure en question. il en émanait une étrange lumière, tout comme une mélodie surréaliste. Gardant les yeux fixés sur l'homme, elle nota sa fixation pour la fôret, et la regarda à son tour en se demandant ce qu'il pouvait bien lui trouver. Il n'y avait qu'un enchainement d'arbres ! Certes, c'était mort, mais quand même, ça n'en restait pas moins ce qui se rapprochait le plus d'une forêt.
Il revint à elle, et elle revint aussitôt à ses pieds. Le choix de leur destination n'incombait qu'à lui, et elle ne voyait toujours pas en quoi une gamine comme elle pouvait lui être utile...


Dernière édition par Sumiko Harashi le Ven 11 Juil - 0:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robinson
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 03/07/2008

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine: Terre XXIVème s
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Lun 7 Juil - 12:49

Atteindre la maison ne fut pas une épreuve bien difficile pour Robinson qui achevait sa marche sans le moindre signe de fatigue. Un rapide regard en arrière lui dévoila le chemin parcouru, pas si long que ça en réalité.

La bâtiment lui semblait plus ou moins précaire maintenant qu'il l'avait sous les yeux, les nombreux signes de vieillesse n'étaient pas visibles du cimetière, en fait c'était une ruine. Il aurait fait demi-tour sans hésiter, profitant au préalable de sa position surélevée pour se trouver une destination, si il n'avait pas aperçu les deux personnage qui attendaient devant la porte. D'où il était il distinguait les trais enfantins de la jeune fille en kimono, mais pas ceux de l'homme qui l'accompagnait. La cape lui donnait un genre très particulier et il se demanda un instant s'il ne s'agissait pas tout simplement de celui à qui il avait emprunté le nom... Karn acier.

Robinson s'était rapproché du groupe sans attirer spécialement l'attention sur lui, il aurait put les appeler, leur faire un signe du bras, mais il préféra approcher simplement. L'homme qu'il avait à présent juste en face de lui l'intriguait particulièrement.

"Bonjour, monsieur; mademoiselle"

Il les salua tous deux d'un hochement de la tête.

"Vous habitez ici?"

La question lui paraissait suffisamment stupide pour détourner l'attention des deux personnages de son habit de prisonnier, et orientée de façon à obtenir sans l'avoir demander explicitement des informations à la fois sur la maison et sur ces nouvelles rencontres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Couteau
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 25/06/2008

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine:
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Lun 7 Juil - 16:08

" Nous le trouverons vite, s'il est ici, l'île n'est pas grande. Quand je suis arrivée la première fois, je n'en ai vu que le cimetière, la plaine et le village. Un autre groupe est allé à la maison. "

L'île était certes limitée , mais le temps aussi. Il ne pourrait jamais chercher partout ce "Karn Acier". Le Couteau se retourna.
Comment avait pu procéder le fugitif ?
Puisque que la gamine ne semblait vraiment pas savoir où il pouvait se trouver, autant commencer par le plus facile, la cabane. Ils n'auraient ainsi pas à monter toute la colline si ce Messier Acier ne se trouvait pas dans le reste de l'île...

Alors qu'il allait pousser la porte de la bâtisse, une voix étrangère le fit s'immobiliser. Il ferma les yeux. Ils n'avaient pas le temps de tergiverser avec les autochtones il fallait vite s'en débarrasser...
Le Couteau se retourna, et vit devant lui un personnage assez lugubre d'apparence, dont il devina le caractère insensible.
C'était le genre de créature qu'il ne pouvait pas supporter.
Ceux qui lui ressemblaient. Moralement, s'entend.
Il espéra un instant qu'il s'en aille, et voulu entrer dans la cabane, mais l'inopportun ouvrit la bouche et prononça :


"Bonjour, monsieur; mademoiselle. Vous habitez ici?"


*Bien sur, et c'est pourquoi nous restons devant la porte de chez nous sous la tempête et la pluie.*
Il failli penser à voie haute, mais ce n'était pas son genre de remarque. Il se tint coi un moment, puis grommela :

- Non nous recherchons un individu nommé... enfin un individu. Qui êtes vous ? Et que voulez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robinson
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 03/07/2008

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine: Terre XXIVème s
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Lun 7 Juil - 19:40

*En voilà un importun, si je m'entends aussi bien avec tous les types que je rencontre ici je peux faire une croix sur le purgatoire... Serais-je donc en enfer? ahaha*

L'austérité du personnage venait de lui éclater au visage. Il aurait parié pourtant que la mine légèrement niaise qu'il s'était permit d'adopter en arrivant lui aurait évité d'être la victime de mauvais à priori. Il se trouvait ainsi en présence de la mauvaise humeur incarnée et d'une gamine qui lui paraissait plus étrange à chaque seconde.

*Dans quelle galère me suis-je fourré...*

Il déglutit, choisissant soigneusement ses mots.

"Et bien je m'appelle Robinson, appelez moi Rob, je ne sais pas si vous vous trouvez dans le même cas que moi... en fait..."

Son regard passa tour à tour de la fillette ( une dizaine d'années tout au plus ) à l'homme qui l'accompagnait, ou plutôt au jeune homme qui l'accompagnait; alors l'âge moyen des personnes qu'il rencontrait le percuta. En comptant le lilliputien, il ne devait pas avoir rencontré d'individus de plus d'une vingtaine d'années, ce qui ne collait absolument pas avec l'âge moyen de mort des hommes de son temps.

*L'échantillonnage est trop faible pour pouvoir commencer avec les statistiques mais tout ceci me trouble...*

Et un voile d'incompréhension traversa son visage, il s'était toujours trouvé dans des situations dont il connaissait les modalités, jusqu'à présent.

"Je cherche... la vérité."

Il n'avait pu s'empêcher de donner une gravité particulière à son dernier mot. La vérité, lui qui n'en avait jamais été un défenseur, lui qui en était même généralement un des combattants les plus farouches, il se retrouvait à présent à implorer cette ancienne ennemie. Peut-être était-ce là une sorte de châtiment, ou d'épreuve, destinée à celui dont la parole n'avait jamais été digne de confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sumiko Harashi
User/Modo/admin, la ligne est floue !
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Age : 27
Date d'inscription : 21/04/2007

Personnage
Race: humaine
Monde d'Origine: Sanshi/Fonuu
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Mar 8 Juil - 2:10

La gamine sursauta en entendant une nouvelle voix s'élever. Trop préoccupée par ses pieds, et surtout la réponse de son Maître, elle n'avait pas entendu venir Robinson. Et le premier réflexe qu'elle eut était celui qu'elle avait toujours eu : se planquer. Ainsi, la cape de Le Couteau se retrouvait être l'ustensile parfait pour ne laisser dépasser que le haut de sa tête. Farouche, certes, mais cela ne l'empêcha pas de détailler le nouvel arrivant des pieds à la tête.

Vu son accoutrement - complètement affreux et bizarre, soit dit au passage - il venait très certainement d'un monde à des années-lumières du sien - même si elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'étaient des années-lumières. Et puis il était très vieux, et assez moche, donc logiquement son surnom serait... Le Vieux Moche. La moyenne d'âge dans son pays était d'environ 38 ans pour les hommes, et 45 pour les femmes. Je vous laisse imaginer le choc que cet homme lui offrait...

Mais il les avait salués, et il s'était jusque là montré courtois, bien qu'idiot. Quelque chose sonnait faux entre ses propos et son apparence. Qui aurait cru qu'un homme si effrayant puisse être si gentil ? Oui, mais en pensant à l'inverse, elle avait connu des hommes adorables qui s'avéraient être de belles enflures. Bah, il suffisait d'observer, comme elle savait si bien le faire... Elle décida de ne plus le lâcher des yeux jusqu'à ce qu'il se montre digne de confiance. L'idée que ce put être une des choses les plus impolies qu'un enfant puisse faire ne l'effleura pas, peut-être parce qu'elle avait l'habitude que personne ne la voit...

Ses propos ne voulaient pas dire grand chose. La vérité... tout le monde la cherchait plus ou moins, non ? Surtout quand on comprend qu'on est mort, mais pas vraiment, et qu'on se retrouve sur une île des plus étranges avec pour seule compagnie des gens qui se posent la même question que vous : qu'est-ce qu'on fiche ici ? Enfin, son parcours jusque là lui disait qu'elle s'en rapprochait peu à peu, même si elle s'en fichait. Tout ce qu'elle voulait, elle, c'était sauver le royaume Fonuu...

Et pendant que les deux hommes conversaient, il y eu un grand fracas dans la maison, comme une explosion, puis plus rien. Même l'étrange musique s'était tue... Son premier geste fut de fixer la maison pour savoir ce qu'il s'y passait, comme si elle avait pu voir à travers les murs, puis elle se retourna immédiatement vers Le Couteau, un air effrayé sur le visage. Est-ce que Karn était là dedans ? Est-ce qu'il lui était arrivé quelque chose ??? En tout cas, il n'était pas mort, non, Karn était trop fort pour ça... Curieusement, elle se rendit compte qu'elle s'était vraiment attachée à lui, et qu'à présent elle s'en souciait. Dire qu'elle ne voulait plus souffrir d'une fausse relation...


[HRP] j'intègre les éléments du RP de Karn et Simon ? sinon je change... [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Couteau
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 25/06/2008

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine:
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Mar 8 Juil - 21:48

Robinson...

Cet homme -car il en avait les traits- ne représentait pas un danger immédiat. Non pas qu'il soit inoffensif, mais il était en terrain inconnu, et semblait seulement être en quête de réponses.
Il disait chercher la vérité comme on demande son chemin, comme une banalité. Ce Robinson devait être légèrement dérangé, et donc potentiellement gênant. Enfin, plus gênant qu'il ne l'était déjà en les retardant dans leur mission.


Il sentit une secousse le traverser. Il sut alors qu'un imprudent se trouvait dans la bâtisse. Si il était encore en vie. Ça ne pouvait être Karn car leurs agents sont instruits de ces phénomènes, de leur utilisation. Mais c'était quelqu'un de dangereux de par son inconséquence.
Il vit du coin de l'oeil Sumiko qui s'agitait.

C'est alors que le déclic se fit. Il n'avait qu'à envoyer ce gêneur à la rencontre de l'habitant de la cabane...
Au mieux ils se tueraient mutuellement. Il pourrait ensuite partir à la recherche de Karn avec la gamine.

Il pris son air le plus avenant, bien que dissimulé par sa capuche et ses cheveux, et dit :


- Vous... Vous êtes venue pour vous abriter n'est-ce pas ? Nous ne vous retiendrons pas plus longtemps sous la pluie. Ce serait hum... malpoli... de vous retenir ici. Vous pouvez entrer sans inquiétude, quant à nous nous devons rattraper notre fugitif...


Dernière édition par Le Couteau le Dim 17 Aoû - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robinson
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 03/07/2008

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine: Terre XXIVème s
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Mer 9 Juil - 0:56

Robinson aurait suivit les indication du couteau sans la moindre hésitation, préférant profiter d'un toit et éventuellement d'un certain confort ( toutefois conscient du potentiel limité de la maison en question ) que d'aller aider ( ou même proposer simplement son aide à ) deux personnages étranges et inconnus dans une chasse qui ne le concernait pas, si quelques éléments n'avaient attiré son attention. Premièrement le changement de ton soudain de son vis à vis, le rustre ronchonnant se confondant subitement en formules de politesse; et ensuite les bruits et lumières provenant de l'intérieur et ne présageant rien qui vaille. Il n'ajoutait pas même à l'équation déjà chargée le mutisme de la fillette, qui, ajouté à son expression, donnait à Robinson l'impression d'être prit pour un monstre.

*Il me semblait plaire aux femme pourtant... enfin celle là est qu'une gamine...*

Il fit mine de réfléchir à la proposition du couteau tout en ajustant les différents éléments mentalement.

*A priori la maison n'est qu'un prétexte pour se débarrasser de moi, leur sois-disant poursuite pourrait être un argument dissuasif de plus mais je pense qu'il ne ment pas. Cela dit, l'activité paranormale de ladite maison et son empressement de m'y faire pénétrer sont tous deux marqueurs d'un danger potentiel. Et pourquoi refuser de me dévoiler leur cible? Leur intentions et actes sont ils si peu avouables, ou bien son discours n'est-il depuis le début qu'un tissus de mensonges. Et la petite, on ne pourchasse pas un fugitif accompagné d'une enfant, sois ledit fugitif est un ami, peut-être lui même en danger, recherché par d'autres qui lui en veulent et ils taisent son nom pour le protéger. Sois le fugitif est en réalité un personnage fictif, un leurre, et il cherche seulement à s'éloigner seul et à l'abri des regards en compagnie d'une gamine... Un pervers pédophile? Difficile à croire mais son comportement impulsif et contradictoire est tout de même signe d'un état mental délabré.
En résumé, la maison, source de danger est le lieux parfait pour éliminer un témoins gênant, témoins qui pourrait assister sois à un viol, sois à une rencontre avec un complice recherché par les autorités. Dans tous les cas je ne dois pas suivre les conseils de ce type mais je dois avoir l'aire de tomber dans le panneau pour ne pas attirer de soupçons...*

Il porta un instant un regard à la fois désolé et empli de compassion à la fillette. Bien que tueur à gage faisant preuve de peu de scrupule, le mal gratuit perpétré sur des innocents et en particulier sur les femmes et les enfants, le gênait, voir même le répugnait. Son attention se reporta ensuite sur le couteau à qui il tenta de paraitre le plus amical possible.

"Eu, comment dire... je me fiche complètement d'un toit, d'un abri. Le... pèlerin que je suis, s'accoutume mieux d'un temps peu clément... que d'un logis trop austère."

Il fit mine d'être désolé.

"Si en revanche... vous pouviez m'indiquer un lieu habité... un village par exemple, je dois avouer que j'ai le ventre vide, et... un certain besoin de compagnie..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sumiko Harashi
User/Modo/admin, la ligne est floue !
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Age : 27
Date d'inscription : 21/04/2007

Personnage
Race: humaine
Monde d'Origine: Sanshi/Fonuu
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Mer 9 Juil - 19:39

La gamine disparu presque entièrement derrière Le couteau, lorsque Le Vieux la regarda. Il était... bizarre... Son regard... Une sueur glacée parcourut son dos, faisant hérisser ses cheveux dans sa nuque. Un tremblement parcourut sa main, faisant en même temps bouger la cape de son Maître. A l'heure actuelle, des deux hommes, c'était de loin Robinson le pervers pédophile à ses yeux.

Malgré son étonnant trajet dans la vie, elle n'avait jamais eu affaires avec ce genre d'homme. Non, elle était plus habituée aux traîtres et assassins. Dans sa jeunesse, son père avait joué l'homme idéal de telle façon qu'elle ne se rende jamais compte de ses véritables intentions, incluant de préserver sa gamine de fille, qui de toutes façons n'intéressait personne de part son aspect trop campagnard. Après sa mort, elle avait bénéficiée de la protection de Kazuki. Personne n'aurait osé s'en prendre au jouet du jouet du grandissime empereur. Chez les Fonuu, la pédophilie était une chose contre morale, même si à côté ils commettaient des actes plus atroces ( si si, c'est possible... ) Enfin, dans son dernier lieu de vie, l'auberge, c'était tout simplement interdit de s'en prendre aux employées. Cette règle était respectée, puisque de charmantes jeunes femmes étaient mises à disposition de qui en voulait, moyennant une somme plus ou moins copieuse. Bref, elle avait toujours vécu dans un milieu sécurisé sur ce point de vue là, et le regard actuel de cet homme l'inquiétait plus que tout.

Il n'y avait plus aucun bruit dans la maison, et pourtant les deux hommes refusaient d'entrer. Le Couteau était-il capable de voir des choses qu'elle ne pouvait voir ? Est-ce qu'il avait ressenti un quelconque danger pour envoyer un étranger devant ? Et pourquoi celui-ci refusait-il ? Etait-il idiot ? Si ça se trouve, Karn était en train d'agoniser là-dedans, et pas un d'entre eux ne se bougerait pour aller le sauver... Après tout, il était son ami, même si elle ne l'avait rencontré que quelques heures auparavant. Pourquoi ? Pourquoi lui faisait-elle confiance ? Ca faisait maximum une journée qu'elle était morte, trahie...

En tout cas, ce n'était pas en restant là qu'ils le retrouveraient ! Alors stop les discussions inutiles, par pitié... Elle détestait les discours. Parce qu'elle ne pouvait pas parler ? peut-être. Rassemblant son maigre courage, sachnt que Le couteau ne serait pas content, elle se détacha de lui et s'avança vers la maison. elle attrapa la poignée de la porte, et tira de toute sa petite force dessus, pour ouvrir dans un grincement sonore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Couteau
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
Planté dans votre chair, c'est son âme que vous sentez...
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 25/06/2008

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine:
Informations:

MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   Dim 17 Aoû - 17:21

"Si en revanche... vous pouviez m'indiquer un lieu habité... un village par exemple, je dois avouer que j'ai le ventre vide, et... un certain besoin de compagnie..."


Le Couteau souri. Son interlocuteur, ce gêneur, venait de lui fournir le moyen de s'en débarrasser habilement.

-Et bien... regardez là-bas, répondit-il en pointant du doigt une vague forme jouxtant la plage, à l'opposé de la forêt . Vous trouverez un village qui vous fera certainement... bon accueil...

A peine avait-il finis sa phrase que la gamine, profitant de sa distraction, disparue dans la maison.

*Non !*

Lui qui n'avait toujours fait qu'exécuter des ordres, qui avait toujours suivi un plan préprogrammé était soudain confronté à l'imprévu. Il devait choisir. Sauver la fille où risquer une rencontre avec un indésirable ?
Il resta paralysé quelques instants, quand soudain il eu une idée.
Il épousseta la porte, révélant ainsi des inscriptions au-dessus de la poignée ; puis il se concentra et passa sa main sur les signes.
Un courte mélopée s'échappa de ses lèvres

- Я обращаюсь ко всем мире, сохранение нашей помощи, который так и не объяснил. Партизан из бессознательного, я прошу его иммунитет ... Теперь!


Soudain, la lueur des fenêtres disparue ; Le Couteau ouvrit la porte et avança dans l'obscurité.

- Sumiko, pour la survie du monde et de l'inconscience, je t'ordonne de revenir !


[HRP] Transition vers le sujet lié à l'intérieur de la maison [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devant la porte [02/07/2008]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Devant la porte [02/07/2008]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [entrainement] Porte des enfers , Belios et Thanatos .
» [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
» Vestibule du bureau du Gardien
» Attention au chat noir ... On dit qu'il porte malheur ....
» Porte étendard orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Paradise :: L'île :: La maison en haut de la colline-
Sauter vers: