Dark Paradise


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [OK] Zelda Rozova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda Rozova
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Féminin Nombre de messages : 245
Age : 25
Date d'inscription : 01/05/2007

Personnage
Race: Ange-vampire
Monde d'Origine: Terre-5824
Informations:

MessageSujet: [OK] Zelda Rozova   Mar 15 Mai - 19:12

Apparaissant sur votre tombe

Nom : Rozova
Prénom : Zelda
Date et lieu de naissance : 5789, Bratislava
Date et lieu de mort : 5824, Bratislava

Autres infos :

Surnom :
Age de mort (donc de renaissance) : 35 ans
Sexe : Feminin
Race : mi-ange, mi-vampire

Monde d'origine


Parfois quand j’écoute Grand-mère, je me dis que ces deux mondes ne sont pas compatibles, ces deux mondes ne sont pas les même. Elle me raconte des légendes, des champs, des ‘métros’, des ‘avions’, des gens qui se promènent dans la rue sans crainte. Et elle me dit qu’ils se plaignaient, ces gens. Oh, que ne vivent ils pas dans mon monde à moi, je leur appendrai la souffrance. Ici, c’est l’enfer. La guerre a tout dévasté. Il n’y plus aucune terre fertile du côté de ce globe, les humains nous exterminent alors je me cache. Je me vêtis de haillons, et je déambule dans les rues à la recherche de quelque chose à me mettre sous la dent. Il faut garder les yeux rivés résolument sur le sol. Parfois je me demande comment on en est arrivés là. En réalité je le sais, mais ça fait tellement mal… D’imaginer ces centres dits hospitaliers où se passaient en réalité des choses monstrueuses, inqualifiables. Tout cela a commencé en l’an 3020. Je ne sais plus bien, ces histoires là sont qualifiées de légendes. Mais moi j’y crois, et je sais que c’est vrai. Les mensonges parfois valent mieux qu’une vérité qui blesse. Des gens ont commencé à disparaître un par un. Des SDF je crois, je ne connais pas le sens de l’abréviation. Ces gens là étaient apparemment inutiles, exclus. Tout d’abord personne ne remarqua leur absence. Et puis ce faisant, des razzias ont été opérées chez les gitans. Quelques rescapés témoignèrent de ce qui s’était passé. Des militaires, des policiers avaient tenté de les enlever. De les mettre dans un fourgonnette aux vitres fumées. Mais qui s’en souciait ? Eux non plus n’avaient pas grande valeur aux yeux des autres. Dans les prisons également, des épidémies décimèrent étrangement les meurtriers et prisonniers en tout genre, épargnant les gardiens. Et ainsi toutes les « gênes » pour la société disparurent, où allaient ils ? On s’en fichait pas mal, au moins on avait la paix. Et puis certains réapparurent, mais différents. Ô combien différents ! Certains étaient défigurés, d’autres avaient le regard vitreux et étaient bien trop faibles pour survivre dans la rue, des légumes.

Ils moururent tous prématurément, dans d’atroces souffrances pour les uns ; ne s’en rendant même pas compte pour d’autre. Cette fois ci on s’en préoccupa… Les cadavres s’amoncelaient, se comptaient par milliers dans tous les pays du monde. Les gens commencèrent à avoir peur, comment pouvait on passer d’une santé passable à une si grande faiblesse ? Ce n’était pas naturel, certainement pas. Et ces monstres humains d’où sortaient ils ? Quelques mois plus tard, à la une des journaux, aux informations on ne parlait que d’une chose : « Découverte de l’existence de nouvelles races, les vampires, les anges, les mutants existent ! » ‘Découverte’, le mot ‘création’ serait plus juste. Oui, ils avaient crées de nouvelles races, à partir d’humains pauvres, qui n’avaient d’après eux plus rien à perdre. Au début ce fût peut être l’euphorie générale, mais ensuite… Des vampires ? Ca suce le sang ! Des anges… ex taulards ? Ca se venge. Je pense que les scientifiques avaient envie d’une guerre, que ce soit le bordel. Et ils ne se ratèrent pas, il fallut exterminer ces nouvelles créations. Aïe, ça pince le cœur, de si belles créatures ! Oh, mais ce n’est pas bien grave, ils avaient oublié un détail ça n’est pas bien grave. On apprend de ses erreurs n’est ce pas ? Il fallait recommencer, après ça, les scientifiques avaient atteint le summum dans la génétique. Comment oublier cette expérience inédite, avoir crée des espèces ? Alors ils se mirent en quête de nouveaux cobayes. Ils auraient certainement moins de ratés maintenant, ils pouvaient se permettre d’utiliser des gens de classes sociales plus élevées. Ils s’autorisaient même à pratiquer leurs expériences sur des vedettes oubliées. D’anciens mannequins, chanteurs dont plus personne ne se souciait. On les « déshumanisaient » et on les relâchait dans la nature, en leur faisant au préalable un lavage de cerveau. Je suppose que si les humains ont crée les gens comme moi et les ont laissé vaquer à leur occupation sans surveillance, c’est qu’ils souhaitaient cohabiter avec nous. Peut être que croiser toujours les même visages, sur les même corps, avec les même mœurs ce devait être lassant. Ils n’avaient pas dû songer aux conséquences que cela entraînerait. Déjà que les humains s’entretuaient pour des différences de couleur de peau. Alors comment ont-ils pu imaginer une seconde que nous serions acceptés ? S’ensuivit une traque incessante pendant des milliers d’années. Et encore au moment où j’écris ceci, nous vivons dans la clandestinité. Il plane une odeur de mort sur cette terre, les centres des villes sont peuplés uniquement par les humains. Des grattes ciels se dressant à des kilomètres de hauteur habités par des humains très riches. Ceux-ci se terrent dans leur habitation, dès que l’on passe le pas de la porte, le chaos règne. Des rues sales, la misère suinte de partout. Il n’y a pas de classes moyennes, les mendiants s’arrachent des parcelles de trottoir. A l’extérieur le spectacle est encore plus poignant, des cadavres vidés de leur sang. Des anges aux ailes déchirés, des croisements de races qui ont donné naissance à des bâtards immondes sans nom. L’esclavage est de nouveau de rigueur, des étalages proposant toutes sortes d’êtres. Les femelles non humaines, principalement des sortes de nymphes se prostituent. Si ils nous rejettent, ils estiment que notre corps leur revient de droit. Nous vivons dans des habitats précaires qui menacent de s’effondrer à chaque instant. Le ciel est constamment voilé par des nuages chargés de pluies acides. Les humains sont de moins en moins nombreux. Nous nous nourrissons de leur chair ou de leur esprit, si nous ne le faisons pas nous mourrons. C’est pourquoi pour préserver la « race supérieure » l’accès au centre ville nous est défendu.

Biographie


Ce qui s’est passé exactement ? Qui est mon père, est ce qu’il est vraiment mort ? Je n’en sais rien. J’ai hérité du nom de famille de ma mère, il n’a aucune valeur de toute manière. Elle a sans doute du l’entendre quelque part et me le donner, un nom inventé de toute pièce. Je vais vous conter la version de ma mère, celle que j’ai toujours entendue depuis mon apparition sur cette Terre de misère. Je suis un croisement entre un vampire femelle et un ange. Ma mère était affamée, et elle a croisé ce si bel ange. Il avait l’air perdu, ses plumes étaient trempés, il ne pouvait pas reprendre son vol : une proie de choix. Elle s’est jeté sur lui et l’a mordu, il ne s’est pas défendu. Il a simplement posé ses mains sur les épaules nues de son agresseur, et là « je n’ai pas pu continuer, ses doigts étaient si doux, ça m’a coupé toute envie de le tuer… ». Au lieu de boire le sang de cette créature, et laisser son destin entre les mains de Dieu, ils ont fait l’amour. Au petit matin, sa soif de sang n’était toujours pas étanchée, sinon plus forte. Quand elle a vu ce long corps blanc étendu à ses côtés, sa vue s’est troublée. Elle n’a pas su se contrôler, doucement elle a aspiré la vie de ce bel inconnu à travers ses lèvres. Je ne lui en veux pas, je sais ce que ça fait… de ne pouvoir s’empêcher de boire le sang d’un homme. J’aurais aimé le connaître … Connaître celui qui a réussi d’une seule caresse, à apaiser les pulsions sanguinaires d’une vampire. Un simple contact… Je suis donc venue au monde huit mois plus tard en pleine rue. Au milieu de la foule, ma mère s’est accroupie et a accouché. Les gens l’évitaient en faisant mine de ne pas l’avoir vue, ou la piétinaient carrément. C’est triste à dire, mais ça n’avait rien d’exceptionnelle. C’est ainsi qu’elle sortit de ses entrailles, un être blanc tout fripé, avec deux ébauches d’ailes dans le dos. Elle m’a élevée tant bien que mal dans cet univers hostile. M’apprenant à craindre les humains, elle m’a raconté ce qu’ils avaient fait à leurs semblables. Elle ne m’a jamais caché que où que j’irai on me regarderait d’un mauvais œil, personne ne me tendrait la main. J’étais le fruit d’un programme mis en place par des scientifiques qui ne savaient plus quoi faire de leur temps. Tout cela pour que je n’ai aucun scrupule à les tuer. Dès mon plus jeune âge j’ai appris à chasser par moi-même, détecter les proies les plus faibles le plus vite possible. Contrairement à ce que l’on peut croire, notre agilité n’est pas innée. C’est pourquoi durant toute mon enfance, j’ai dû faire de nombreux exercice pour acquérir cette rapidité et cette souplesse. Mon enfance n’eut rien de transcendant, ma mère m’avait tout de suite fixé un but dans la vie : réussir à pénétrer le monde des humains et y vivre le plus longtemps possible. J’ai appris l’art de me fondre dans le décor, parler comme les humains, me comporter comme eux. J’ai eu quelques accrochages, j’ai failli me faire rossée plusieurs fois par des clochards en furie. Je m’en suis toujours sortie en m’envolant. Ma mère est morte de faim, il était devenu trop dur de chasser la viande humaine. Je me nourrissais en priorité car j’étais plus jeune, mon avenir encore indéterminé. Elle avait décidé que ma vie était plus importante que la sienne, et rien ne pouvait la détourner de cette conviction. C’est ainsi que j’ai assisté à sa lente agonie. De jour en jour sa faiblesse grandissait, et moi j’étais impuissante. Qu’y pouvais-je ? Elle refusait de boire ne serait-ce qu’une goutte de sang ! Alors l’inconnu s’est imposé à moi. Une bande de démons ont essayé de me violer, je me suis enfuie. J’ai réussi à passer la « douane », si je puis dire, qui sépare le centre ville de l’extérieur. Je me suis intégré dans un groupe d’humains pas trop repoussants. Enfin je ne peux pas vraiment dire que je me suis mêlée à eux, disons que je leur imposais ma présence mais jamais je ne prononçais un mot, je feignais d’être idiote. Mais j’écoutais, je m’abreuvais de leurs paroles. J’ai fait la manche pendant quelques jours, et puis les hommes ont fini par me soupçonner d’être pour quelque chose dans ces « meurtres atroces ». Comme je ne pouvais leur expliquer que ma survie en dépendait, une fois de plus j’ai fui les problèmes.

Enfin c’est ce que je croyais… Où que j’allais on finissait par me percer à jour, évidemment ! Un cadavre même bien caché finit par embaumer l’air d’une odeur unique, impossible de se tromper sur son origine. Les mendiants s’étaient passé le mots, ils se méfiaient des nouveaux venus comme de la peste. Ils ne laissaient pas n'importe qui intégrer leur bande, la nuit ils veillaient à tour de rôle. Ils étaient tout le tant en alerte, je ne pouvais agir. A la longue je finis par espacer de plus en plus mes repas. La situation est vite devenue insupportable, je maigrissais de jour en jour. Me retenir de mordre tout ce qui se passait à portée de main était un véritable calvaire. Il fallait que je trouve une solution. Une nouvelle couverture pour pouvoir approcher facilement les Hommes. Quelqu'un dût entendre ma prière. J’ai finalement réussi à me faire embaucher comme « technicienne de surface ». J’arrivais facilement à piéger les victimes que je choisissais. Tout aurait pu continuer ainsi, malheureusement je me suis attaquée à une personne qu’il ne fallait pas. Quelqu’un de haut placé dont je n'aurais jamais dû croiser mon chemin. Une enquête a été menée et avec tous les moyens employés, ils ont fini par mettre la main sur moi.
Ils m’ont coincée dans une petite ruelle, ils étaient cinq ; j’étais seule. Autant dire que j’avais peu de chance de m’en tirer. J’ai fait tout ce que j’ai pu, j’en ai mordu deux, peut être trois. Tout s’est passé très vite, l’un d’eux, un peu plus opulent que les autres m’a plaquée à terre et explosée la mâchoire. Je dois avouer que c’était une bonne initiative, le goût de mon propre sang dans ma bouche m’a surexcitée, j’ai perdu tout contrôle. Ajoutez à cela la douleur et la rage, tout ça m’a rendue instantanément folle. Je tapais aveuglément dans tous les sens. J’ai tenté de m’envoler, mais les maisons étaient trop rapprochées, tout ce que j’ai réussi à faire est de m’être abîmée les ailes. Je ne sais pas trop ce qui s’est passé ensuite, ma tête a heurté une rambarde de balcon, ou peut être était-ce une fenêtre ? Ce choc m’a à demi assommée, je suis tombée de cinq ou six mètres de haut. Mes adversaires n’ont eu aucun scrupule à me frapper alors que j’étais à terre. J’étais paralysée, mes membres ne répondaient plus lorsque je leur ordonnais de bouger. J’ai perdu connaissance.


Dernière édition par Zelda Rozova le Mer 26 Mar - 18:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelda Rozova
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Féminin Nombre de messages : 245
Age : 25
Date d'inscription : 01/05/2007

Personnage
Race: Ange-vampire
Monde d'Origine: Terre-5824
Informations:

MessageSujet: Re: [OK] Zelda Rozova   Mar 15 Mai - 19:13

Caractère : Zelda est le genre de personne qui met tout de suite en confiance, elle n’a ni l’air très agressive, ni trop angélique. Elle ne s’encombre pas de manières, ce qu’elle pense elle le dit franchement, sans passer par quatre chemins. La vie qu’elle a eue et sa race font qu’elle sauvage. Il faut de la persévérance et de la détermination pour espérer un jour gagner sa confiance. Elle se méfie de tout le monde, toujours aux aguets, prête à s’envoler en cas de danger. De manière générale elle évite de se lier aux gens, non pas parce qu’elle n’apprécie pas leur compagnie. Mais parce qu’elle sait que tôt ou tard ils lui apparaîtront comme un plat de viande fraîche irrésistiblement appétissante. Et tuer quelqu’un qu’elle aime par obligation, elle ne veut plus le faire. Alors elle s’enferme dans son mutisme, elle n’essaie pas d’être méchante ou repoussante. Elle se contente de se taire, elle a fini par accepter qu’elle ne pourrait jamais avoir de vraies relations avec des humains. On ne choisit pas sa vie n’est ce pas ? Sa plus grande qualité est sans doute de ne pas juger sans connaître. Elle a trop souffert des préjugés des autres, jamais elle n’infligera ça à quelqu’un. La colère s’empare rarement d’elle, les seuls moments où elle éprouve de la rage c’est quand on l’attaque parce qu’elle est ce qu’elle est : un vampire. Ce n’est que passager, au fond elle sait que c’est leur instinct de survie, s’ils ne traquent pas les vampires ils finiront tous vidés de leur sang. Avant les humains n’avaient pas de prédateurs, et maintenant ils l’ont elle, et tant d’autres ! On ne peut pas dire que Zelda soit une lumière, mais elle a tout de même réussi à développer son esprit.

Description physique : Ma peau est blanche comme la neige, parsemée de grains de beauté. C’est le seul héritage que j’ai de mon père. Ca n’est pas une blancheur froide, quasi translucide comme celle d’un vampire. Non, une blancheur laiteuse, le genre de peau qu’on a envie de caresser, d’embrasser. Mes longs cheveux noirs accentuent cette impression de douceur. J’ai de grands yeux verts, on me dit souvent qu’on ne voit qu’eux quand on me regarde. Je mesure dans les1m75, je ne suis ni mince, ni grosse, à vrai dire je m’en contrefous. Comme tout vampire qui se respecte, j’ai de longs doigts blancs pour mieux pouvoir enserrer la gorge des humains. De longues canines tranchantes, le bla bla habituel. De longues ailes blanches partent du haut de mon dos, je dois prendre soin de mes plumes, sinon je ne pourrai plus voler. Parmi les mendiants je suis vêtue de haillons, je cache mes ailes tant bien que mal sous ces bouts de tissu déchirés. J'ai du mal à trouver des habuts adaptés à ma morphologie, une robe bustier fait très bien l'affaire si je veux laisser mes ailes visibles. Mais quand je dois les cacher, il n'y a guère que les haillons qui font l'affaire. Les T-shirts trahissent la présence d'elles et me sont très inconfortables. J'ai aussi quelques brûlures sur le corps, les rayons du soleil n'épargnent pas ma peau.

Animal de compagnie : aucun

Images du personnage, du monde où il vit ou ayant un rapport avec l'histoire: Tout est dans mon imagination.
Signes particuliers ou remarques diverses : Zelda n'étant pas un vampire à part entière ne craint pas autant la lumière du jour qu'un vampire classique. Si elle se tient trop longtemps au soleil elle meurt, mais elle peut supporter une exposition de courte durée. Quelques brûlures par ci par là mais rien de mortel.

Motivations : L’histoire me plaît, la confrontation de races différentes me paraît intéressant. Et puis tout ce qui a trait à la mort et l’au-delà me passionne. Donc je tente ma chance.

Quoi d'autre ? : Je n’aime pas les chocapics, je préfère les cheerios.


Dernière édition par le Lun 21 Mai - 20:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rex Mizuhashi
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 13/05/2007

MessageSujet: Re: [OK] Zelda Rozova   Mar 15 Mai - 20:03

Bienvenuuuuue ^o^

Whoua, c'est une longue fiche O_o
Une vampire-ange...^^ C'est meugnon lool
Bon jeu sur Dark Paradise!!! (Rex nouvelle que depuis avant-hier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziassan Sarisiël
The Phenix Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 420
Age : 26
Date d'inscription : 08/05/2007

Personnage
Race: Humain
Monde d'Origine: La terre, tiré de A la Croisée des mondes
Informations:

MessageSujet: Re: [OK] Zelda Rozova   Mar 15 Mai - 20:42

(je copie-colle ce que j'ai écris dans l'autre présentation :p)

Citation :


Je ne sais pas si Lily veut bien que l'on valide à sa place, ça m'étonnerait... Mais je ne fais rien sans en être sûr. A l'avenir je saurais (même si je ne pense pas qu'il y a de problème quand à la validation)





Sinon, je commence à me sentir ridicule avec ces présentations Sad

_________________
-"paroles"/*pensées*/*pensées du daemon*
>Ziassan, sa fiche
Correction
Maître du jeu
Présent le week-end et le mercredi, et en semaine de temps en temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tout82.free.fr/forum/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [OK] Zelda Rozova   

Revenir en haut Aller en bas
 
[OK] Zelda Rozova
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» zelda picross
» Zelda Spirit Tracks
» The legend of Zelda : Spirit tracks
» Pouch' le bouton façon Zelda ! (le fourre-tout)
» Aide pour un jeu Zelda : les combats à l'épée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Paradise :: Section Pré-RP et Administration :: Fiches de personnages-
Sauter vers: