Dark Paradise


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [OK] Melkior Tartaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Melkior Tartaron
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/07/2007

MessageSujet: [OK] Melkior Tartaron   Dim 8 Juil - 22:56

Melkior Tartaron

Apparaissant sur votre tombe :

Nom : Tartaron
Prénom : Melkior
Date et lieu de naissance : an 2500 après Sigmar, calendrier impérial ( Warhammer)
Date et lieu de mort : an 2541 après Sigmar, calendrier impérial ( Warhammer )

Autres infos :

Surnom : Leth’Tzeenkhar ( Seigneur du Changement Colérique), ou Celui Qui Unit.
Age de mort (donc de renaissance) : 41 ans
Sexe : Masculin
Race : Humain
Monde d'origine : le monde fantastique de Warhammer : http://fr.games-workshop.com/warhammer/
http://malpy.free.fr/chaos/z.htm


Biographie: Dans le post suivant, sinon c'est trop long xD

Caractère : Il vénère Tzeentch et Khorne. Personnalité multipolaire, il apprécie à la fois l'intelligence de l'un et le goût de la guerre de l'autre. Flegmatique, il se contrôle parfaitement, et canalyse ses émotions de manière à devenir plus puissant. Ses colères sont rares, mais effrayantes, marquées de coups de fléau et d'épée ici et là. La plupart du temps, elles sont volontaires, Tartaron tenant à préserver son autorité et à faire des exemples. Il a aussi le goût du mystère, qu'il aime cultiver. Habitué depuis longtemps à la souffrance intérieure, il tente de faire de l’horreur du Chaos son mode de vie et de pensée. Envahi par les esprits de chaque dieux du chaos, il a réussi à les canaliser en les simplifiant. Ainsi, il est sadique et aime la guerre, est ravagé par la haine de nombreuses choses, est ambitieux et désire tout rabattre à des questions d’esprit, et non de sentiments. Il veut être le plus intelligent possible, cultivant la sagacité de manière quasi névrotique et obsessionnelle. Il adore aussi les êtres organiques et fait souvent des expériences sur toutes sortes de créatures, tentant de développer une créature de compagnie lui ressemblant le plus possible. Pour l’instant, il n’a pas encore réussi. Enfin, contradiction, il recherche, secrètement ,l’amour d’une femme. Totalement fermé aux hommes, qui, pour lui, sont là pour faire la guerre, et au mieux la politique et point barre, il voit en la femme un être tout à fait capable de ces choses-là, mais, en plus, domaines plus abstraits, comme la réflexion, l’art, voire la sensualité. Admirateur de la douceur et de la beauté des femmes, en qui il recherche un effet apaisant sur son bouillonnement perpétuel, il rêve du partage de sa vie avec une épouse. Secrètement, il envie Malékith d’avoir à ses côtés une femme aussi belle et intelligente que sa mère Morathi. Rusé et calculateur, il est très doué pour prévoir les attaques de ses adversaires ou interlocuteurs. Partagé entre ces quatre Dhaos: Tzeen, Khar, Nurgh et Slaa, Changement, Rage, Décrépitude et Plaisir, il arrive en règne générale à les contenir, mais peut être débordé quand il a atteint un haut niveau de stress. Il est alors incotrôlable, attaquant son entourage, ou tentant de le charmer en cas de présence féminine. Très attiré par la guerre, il a ausi le goût des choses sombres, des ténèbres...En général, il est d'une humeur égale teintée d'amabilité, sa tactique quand il rencontre des inconnus étant de les amadouer. Il a tendance à prendre facilement la grosse tête, surtout face à des combattants ou des esprits fins, tentant de les dépasser. D'origine, il est fragile pour un Maraudeur, surtout mentalement, et à depuis l'enfance une tendance à se poser beaucoup de questions et à déprimer.

Description physique : Tartaron est grand, comme il sied à tout chef de guerre ( sauf exceptions notables, comme un certain corse). Il atteint les deux mètres, et est assez musclé. Sa peau est pâle et sèche, couverte de cicatrices et de marques de dieux du Chaos. Son visage est fin, pour un Maraudeur. A vrai dire, avec sa barbe et sa chevelure or, l’on dirait un lion. Il se déplace de manière saccadée, tapant fort du talon. Il porte une armure noire, épaisse et résistante, recouverte d’une robe de même couleur, semblable à celles des Sorciers du Chaos. Il porte un casque à cornes muni d’ailes d’aigle.


Images du personnage, du monde où il vit ou ayant un rapport avec l'histoire : http://homepage.eircom.net/~thevault/warvault/warhammer/chaos/chaosstar.jpg

Signes particuliers ou remarques diverses :
Les fentes de son casque laissent briller au niveau des yeux une lueur changeant en permanence de couleur. Son plastron est marqué du signe du Chaos, la croix à huit branches dans un cercle. Des runes signifiant, dans le langage obscur, Leth’Tzeenkhar, sont inscrites sur sa cape et son heaume.

Motivations : J’aime beaucoup cette ambiance sombre, prenante, pleine de suspense, et un rien irréelle. Ca faisait un bout de temps que je naviguais sur la toile, à la recherche d’une forum Role Play actif et assez récent. J’ai trouvé ici mon bonheur^^ De plus, l’envie de faire évoluer le personnage de Tartaron, que j’ai crée pour un autre forum mort-né, que j’aime beaucoup^^Enfin, la liberté offerte sur ce forum.

Quoi d'autre ?: Gloire a l'admin et aux modos de ce forum béni ^^ Et j’espère sincèrement que ce personnage convient, si il était refusé, je ferai de mon mieux pour le modifier comme il faut.


Dernière édition par le Dim 8 Juil - 23:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melkior Tartaron
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/07/2007

MessageSujet: Re: [OK] Melkior Tartaron   Dim 8 Juil - 22:56

Biographie : Melkior Tartaron est né en 2500. Père d'un Maraudeur et d'une Sorcière, il a été élevé dans le mélange des cultes de ses parents. Au début surpris, il comprit très vite l'interêt de cette politique, et jura de la rendre majoritaire dans sa tribu. Bercé par les récits de gloire et de guerre, dans lesquels il se voyait détenteur de la Couronne de la Domination, il vit son père partir aux côtés d'Archaon, et pria les dieux de leur accorder la victoire. A la nouvelle de la défaite de Midennheim, en l’an 2527, et de la mort de son père, il se vengea dans l'ériture de poèmes sanglants, parlant de la destruction de l'Empire et de la mort de ses propres mains de Karl Franz. Persuasé que les dieux avaient voulu la défaite pour mettre l'Empire en confiance, et mieux préparer sa chute, il se plongea dans ses rêves, sous l'oeil attentif de l'Architecte du Changement. Plein d'idées pour son peuple, il voulait, effectivement, que les choses changent pour lui et les Nordiques. Nullement affecté par la mort de son père, qu'il considérait dans la logique de la guerre, il trouva tout aussi logique de chercher à dépasser ses parents et de remplacer le défunt. Il se muscla activement, lut nombre d'ouvrages, partit en expédition contre les peuplades alentours, puis disparut pendant un an. Personne ne sut ce qu'il fit, et il n'est pas sûr que lui-même ne l’ait jamais su...Puis, au bout de l'année, il revint, les mains tatouées du signe runique signifiant 9. Il attendit que viennent les combats pour la direction de la tribu, combattit et vainquit ses adversaires, avant d'éliminer le chef de la tribu. Il promit alors qu'il partirait en guerre contre des peuples voisins afin de ramener des victimes à sacrifier aux dieux, dans le but d'introniser son élection et sa nouvelle allégeance aux dieux de la guerre et de la sagesse.

C’est ce qu’il fit quelques jours plus tard. A la tête de deux cent maraudeurs et d’une dizaine de chars lourds, il se lança en campagne vers le nord, et vainquit la première horde qui lui tomba sous la dent. Stratège avisé, il lança la bataille en ordonnant à ses guerriers de lancer des haches sur leurs ennemis. Profitant du fait que ces derniers se protégeaient derrière leurs boucliers, il envoya ses soixante dix cavaliers contourner les arrières, puis fit cesser les tirs. Dans un hurlement sauvage, il exhorta les Tzeenkhars à frapper sur leurs boucliers, rituel courant. Puis, il lança la charge. Les chars, dotés de faux, charcutèrent les rangs ennemis le temps que les guerriers à pied s’infiltrent, ce qu’ils firent. La tribu adverse, les Pulkhs, était très féconde et comptait deux fois plus de combattants que les Tzeenkhars, mais ils étaient plus pauvres, et ne disposaient que de rares chevaux, et de trois chars. Quand Tartaron fit signe par un jeu de bannières à sa cavalerie de se lancer dans la mêlée, les Pulkhs ne firent pas long feu. Une soixantaine d’entre eux fut occise, quand aux survivants, la moitié fut destinée aux sacrifices, l’autre moitié à renforcer leurs rangs. Cela scella dans le sang, le fer et le feu l’ascension de Tartaron, Celui Qui Unit. Prenant bien soin de sélectionner les peuplades les plus puissantes, mais aussi les plus désordonnées, il se fit en une année une solide réputation dans les Désolations Nordiques. Il envoya des espions partout dans le monde, recueillant des idées d’armes, d’organisations et de sorts qui lui apporteraient la victoire. Le Lance flèches pouvait contenir et envoyer d’un coup une centaine de flèches à une distance plus vaste que tout être vivant. Les Maraudeurs virent leur équipement s’améliorer, les machines de siège lourdes firent leur apparition, les sorciers parvinrent à mieux encore communiquer avec le plan des dieux.

En 2539, il était devenu l’Elu des Dieux Sombres, les Quatre du Chaos. Tartaron, accompagné de dix mille guerriers du Chaos, marcha jusqu’au Maelström du bout du monde, là où se trouvait le Portail des Anciens. Personne ne sait ce qu’il se passa, mais quand ils revinrent, il était évident que Tartaron était désormais considéré par tout les hommes et femmes peuplant les infinies Désolations du Chaos comme un chef digne et capable de réussir là où les autres avaient échoué. La grande campagne fut lancée, tous les anciens de la guerre d’Archaon furent appelés, tous les peuples furent ralliés, tandis que dans le Vieux Monde, les Hommes bêtes recevaient un message expédié par les sorciers : il était temps de se lever et de partir, unifiés, sous l’étendard du Chaos, conquérir le monde.

La Horde des Maraudeurs, qui devait bien totaliser plus de cent mille guerriers en marche, et autant campés sur les frontières bordant Cathay et Naggaroth, était devenue une armée disciplinée, bien commandée, mais n’ayant rien perdue de sa sauvagerie et de sa cruauté. En quelques semaines, Kislev, la région séparant les Désolations de l’Empire des hommes, était aux mains de Tartaron. Praag avait été reconquise, et ployait sous le joug cruel des dieux. L’Empereur Karl Franz appela à son aide les Bretonniens, les Nains et les Hauts-Elfes. Leurs armées conjointes arriveraient peut-être à repousser les Maraudeurs, que l’on sentait, néanmoins, bien différents que ceux des guerres passées. Ils semblaient plus…efficaces. Plus terrifiants, aussi. Rapides, ces derniers parvinrent à prendre Middenheim, tout en ayant rallié au passage la Waaagh ! orque de Grimgor le Conquérant. Après un terrible duel singulier qui faillit laisser la vie à Tartaron, ce dernier parvint à convaincre l’Orque Noir ( après avoir avisé un puissant sorcier de lancer un sort de conviction) qu’un duel entre deux peuples aussi semblables ne mènerait à rien. Ils étaient trop semblables ( quoique les Maraudeurs étant sensiblement plus futés) pour s’entretuer ainsi, du moins tant qu’il restait au dehors des peuples pour tenter de les exterminer. Il fit la promesse solennelle à Grimgor qu’une fois leurs ennemis abattus et qu’il ne resterait qu’eux, un nouveau duel aurait lieu. Celui qui triompherait serait élu par tous les dieux pour diriger le monde. Il fallut plusieurs heures de discussion pour que l’Orque accepte, mais, au final, l’accord fut établi.

Ensemble, ils marchèrent sur Middenheim, qu’ils prirent juste un jour avant l’arrivée de l’Alliance de la Lumière des Elfes, des Nains et des Hommes. Les orques et maraudeurs s’étaient établis sur la plaine devant la cité du Grand Nord. La sombre horde lançait en permanence des cris et des chants de guerre, ponctués par le vacarme assourdissant des armes se heurtant entre elles et des tambours et cors de guerre. La haute armée trônait fièrement, bandant ses arcs, brandissait ses haches, ses marteaux, ses épées et ses lances. Un pur chœur formé par soixante dix mille êtres se forma, se dressant d’une seule voix contre la puissance des ténèbres. La bataille commença. Des deux camps, d’innombrables armes furent projetées, occasionnant en une minute trois mille morts. Les sorts furent lancés, les cavaliers et chars foncèrent, les soldats chargèrent, et ce fut le massacre. Frappant, cognant, parant, lançant, hurlant, les guerriers taillaient en pièce le plus de chair possible, les uns pour défendre leurs terres ,les autres pour honorer leurs dieux. La bataille dura d’un matin à l’autre. Tartaron et Grimgor, entourés de leurs plus puissants guerriers semèrent la mort, terrassant plus ou moins d’ennemis à chaque coup, le premier se fiant à son habileté et à ses sorts, le second à sa force et à sa rage. A la fin de la bataille, la Sombre Horde gagnait. Sa férocité, alliée à sa cohésion et à son sens tactique, avait parlé pour les dieux. Tartaron et Grimgor se retrouvèrent face à face avec les dirigeants des peuples en guerre. Coude à coude, ils s’avancèrent contre les champions noirs. Grimgor, ne pouvant contenir sa soif de baston, se rua contre l’elfe et le nain. Tartaron poussa une exclamation dédaigneuse, et sourit, se tournant vers les deux humains, l’Empereur et le Roi de Bretonnie. Ses yeux brillant de malice, il leva la main gauche, le maintint tendu un instant, puis l’abattit, ordonnant à ses champions de se lancer à l’attaque. Ceux-ci poussèrent un cri de victoire, et se ruèrent, sous les yeux ahuris de la garde de Grimgor. Ces derniers ne surent quoi faire, leur chef ne leur ayant pas ordonné de se joindre au duel, mais le chef allié l’ordonnant à ses soldats à lui. Pendant que la moitié s’asseyait pour réfléchir à la question, l’autre moitié décidait d’élire un représentant interroger Tartaron. Pendant que ce dernier expliquait aux Orques Noirs l’intérêt d’envoyer d’autres se faire massacrer à sa place, avant de donner le coup final, certains des élites du Chaos cessèrent de combattre, ayant remarqué que les Orques ne partageaient pas leur raisonnement. Considérant que le combat était gagné d’avance, quelques uns se joignirent à la conversation tandis que d’autres se dirigeaient vers le groupe de « méditassion » et leur faisaient part de leurs réflexions. Tandis que des dizaines de milliers de combattants luttaient, au paroxysme de la bataille, seul cinq Seigneurs du Chaos et Grimgor frappaient, le trois quart restant débattant de la méthode à employer dans cette situation, en tenant bien en compte les différences de culture et les divergence de raisonnement qui en résultaient. Tartaron, cependant, marqua la conversation en décrétant que le niveau intellectuel des espèces présentes était suffisamment élevé pour inclure l’efficacité de la notion suivante : « combattre en équipe », et que si il y en avait qui n’étaient pas contents, ils pouvaient aller en parler à Tzeentch et Mork. Les adeptes de Khorne et Gork firent remarquer que ce n’était pas ce que leur enseignait leur dogme, ce à quoi il répondit qu’étant unis sous une même bannière, ces considérations devaient laisser place à l’intérêt commun. Citant de nombreux philosophes, il expliqua que le principe de communauté comportait des failles, mais qu’il était plus efficace dans le contexte présent que l’individualisme. L’assemblée approuva, chacun se félicitant d’avoir pu développer ensemble une théorie nouvelle et, à coup sûr, révolutionnaire. Quand quelqu’un proposa de voir ce qu’il advenait sur le terrain, la bataille était finie. La nuit était passée sans que l’on s’en rende compte, et la Haute Alliance était défaite. Grimgor gisait à terre, entouré des cadavres des Guerriers du Chaos et des Quatre chefs de l’alliance. C’était une grande victoire.


L’Empire fut vaincu, de même que tout le Vieux monde, partagé entre Skavens, Maraudeurs, Orques, Gobelins et Morts-Vivants. Considérant que sa tâche était quasiment accomplie ( ne restaient que la Lustrie et Cathay), Tartaron, bien satisfait d’avoir pu éviter de se faire démonter la tronche par Grimgor, passa en 2541 à l’étape suivante de son plan : l’union avec les Elfes Noirs. De toutes les civilisations peuplant la planète, les Elfes Noirs étaient à égalité dans son cœur avec les Maraudeurs. Grand admirateur de leurs armées, il regretta bien longtemps de ne pouvoir les imiter, les Maraudeurs étant bien trop barbares, et trouva la solution : convaincre Malékith, le Roi Sorcier, de former avec lui un seul et même être. Quand il envoya un messager à Naggarond, ce dernier lui revint en pièces détachées. Sentant la mayonnaise lui monter au nez, Tartaron prit la tête d’une armée d’élite et entra par le nord du Continent Noir, récupérant les Tours de Guet bordant la frontière au lieu de les brûler car « ça avait un fort aspect esthétique », selon ses dires. Séparant ses quarante mille hommes en deux groupes, l’un se dirigea vers Ghrond, avec quelques jours d’avance, le temps qu’il soit repéré et que le Roi Sorcier envoie une armée le contrer.

Une fois cela fait, le deuxième groupe, conduit par celui que l’on appelait désormais Leth’Tzeenkhar, se présenta sous les remparts de Naggaroth, armé de plusieurs centaines de machines de guerre. Sentant que ça allait chauffer, mais également ravi d’avoir enfin quelque chose à se mettre personnellement sous la dent, Malékith, chevauchant son dragon noir, mena son armée à la rencontre des envahisseurs. Se séparant de ses troupes, Tartaron avança vers la porte de la citadelle, sentant que le Roi Sorcier avait senti sa présence et allait à sa rencontre. Une fois les deux chefs de guerre face à face, Malékith commanda à l’humain de s’en retourner d’où il venait, ce à quoi ce dernier répondit que quand il se sentait mal compris, il venait en personne avec une armée à la porte de son interlocuteur, et engageait une conversation courtoise, mais ferme. Face à l’incompréhension totale de l’elfe noir, il lui expliqua qu’il aimait bien imiter l’intellectuel pour dérouter son entourage, mais que sa vraie personnalité était bien plus sombre. Il ôta son heaume, révélant une peau blanche comme neige, deux yeux bleus glacials, une longue chevelure or semblable à la crinière d’un lion et un visage couvert de cicatrices. Son regard interpella le Roi-Sorcier, qui se sentit soudain très intéressé par celui qu’il avait face à lui : il était en permanence fixe, pénétrant, froid, mais son expression oscillait en permanence entre la douleur, la rage, le charme et la sagacité malveillante. En sorcier accompli, il ouvrit son esprit à Malékith, qui se retrouva face à un mælström de pensées, de voix intérieurs, de sentiments et d’envies, qui dura le temps que l’elfe noir se rendre compte qu’il faisait face à un être dont la personnalité avait, au fil du temps, tellement bouillonné qu’il n’était plus un seul caractère : il en était plusieurs, se livrant une perpétuelle concurrence, prenant place l’un après l’autre dans l’esprit de Leth’Tzeenkhar, qui masquait sa souffrance intérieure par un calme apparent, une maîtrise de soi qui maintenait, mais n’annihilait pas son délire profond. C’était, avant tout, l’ambition et la haine, qui dominaient dans cet être en qui Malékith reconnut comme un double, un frère. Tartaron proposa au Roi-Sorcier la clé de la domination du monde, et de l’accès au plan des dieux, qui pourraient, peut-être, leur accorder le repos : la fusion. Les sorciers étaient prêts, il ne manquait plus qu’à avertir les matriarches elfes noires avant de leur donner les clés de l’opération. Une semaine plus tard, le rituel était prêt. Devant leurs guerriers, conseillers et sorciers, les vrais, les véritables enfants du Chaos brandirent chacun leurs armes, et l’enfoncèrent, dans un seul geste, profondément dans le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 318
Age : 28
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: [OK] Melkior Tartaron   Mar 10 Juil - 18:13

La biographie est assez confuse et le personnage est un peu grosbill. Mais ce sera une exception, je vois que tu t'es donné du mal pour créer ce perso et ça me dérangerait que tu doive tout refaire ...

Ta fiche est donc validée.
Tu peux donc commencer à RP dans le cimetière , plus d'infos concernant la résurrection dans le FAQ et s'il te reste des questions sans réponses, direction le topic de "Demandes aux admins/modos"

A part ça, bienvenue sur l'île sombre et étrange de l'après vie ! ^^

_________________

Lily, admin en chef et "fantôme" à ses heures perdues ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkparadise.frbb.net
Melkior Tartaron
A peine mort, de nouveau en vie
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/07/2007

MessageSujet: Re: [OK] Melkior Tartaron   Mar 10 Juil - 18:36

Désolé que la lecture t'ait donné du mal Crying or Very sad J'ai l'esprit embrouillé en ce moment...

Mais merci grandement pour la validation^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [OK] Melkior Tartaron   

Revenir en haut Aller en bas
 
[OK] Melkior Tartaron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Paradise :: Section Pré-RP et Administration :: Fiches de personnages-
Sauter vers: